top of page

Le bouquetin, un mammifère séculaire





Eh oui ! On a retrouvé des ossements de bouquetins vieux de 80 000 ans ! Attestant également de leur existence dans des grottes préhistoriques comme celle de Niaux en Ariège, des peintures rupestres représentent ce charmant bovidé aux côtés de chevaux sauvages et de bisons.


En 1910, cet animal grégaire emblématique disparaît de nos montagnes françaises et en 2000 en Aragon (Espagne), meurt la dernière représentante de l’espèce originelle Capra pyrenaica pyrenaica. La cause de cette extinction animale ?  La chasse.

Il faudra attendre les années 70 pour les voir réapparaître grâce à un programme de réintroduction national mené principalement par le Parc national des Pyrénées et le Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises (en collaboration avec le Ministère espagnol de l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement). On parle alors de bouquetins ibériques.


En vallée d’Aspe, 40 bouquetins du Parc national de Sierra de Guadarama en Espagne ont été relâchés entre 2019 et 2021, notamment sur notre belle commune d’Accous. Mais savez-vous comment se nomme la femelle du bouc ? L’étagne et son petit, le cabri. Leur longévité : 15 à 20 ans.


Aujourd’hui, on compte près de 400 bouquetins sur le territoire du Parc national. Soucieux de leur bon développement, le Plan de restauration du Bouquetin dans les Pyrénées travaille à une diversification génétique des populations en variant l’origine des nouveaux venus.

En France, les bouquetins sont protégés depuis le 15 septembre 2012, ce qui n’est pas encore le cas en Espagne.


Chaque animal, équipé d’un émetteur GPS et VHF, bénéficie d’un suivi individuel et toute information contribue à enrichir le suivi, souvent épique, de ces cascadeurs invétérés.

Alors si, lors d’une randonnée, vous rencontrez des bouquetins, n’hésitez pas à noter la couleur de leurs marquages et de leurs colliers ainsi que leur localisation. Vous pourrez faire un signalement sur le site www.bouquetin-pyrenees.fr. et ainsi participer à leur pointage. 🙏

 

Et l'isard alors ?

Plus élancé et plus léger que le bouquetin, l’isard (ou chamois des Pyrénées) présente un corps élégant et musclé et ses cornes sont plus fines et beaucoup moins hautes. Comme le bouquetin, l’isard vit en hardes (type matriarcal). Il est sédentaire et prise peu la cohabitation tant avec les populations domestiques que sauvages.




Mâle (femelle +fine) Particularité Au garrot Poids (kg)


Bouquetin Pelage uni brun à gris 85/92 cm 65/125

barbichette (mâle)

Cornes grises et striées,

longues recourbées vers l’arrière


Isard Teinte fauve en été, plus noire l'hiver 70 cm 25/40

Cornes fines, moins hautes et plus

serrées que le bouquetin


Vous voulez en savoir plus sur le bouquetin ?

« Le bouquetin aux Pyrénées » de Jean-Paul Crampes - Éditions Monhélios



Un grand remerciement à Do Quyen et Jérémy d’Esprit Parc (Parc National des Pyrénées) pour nous avoir permis l’observation et la découverte des bouquetins à Accous, du côté de l’Aoulet, ce mardi 26 mars.

Parc national des Pyrénées : 05 62 54 16 40 

                                                  


 

 

 

 

 

 

 

589 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments


Unknown member
Apr 06

Très intéressant comme article. Merci beaucoup.

Like
Unknown member
Apr 06
Replying to

Merci beaucoup Nathalie 😁🙏🌷

Like
bottom of page