top of page
  • Photo du rédacteurMeG

Le gypaète, un barbu menacé




Cette semaine, une information a retenu notre attention : « Escalade temporairement interdite au pic d’Estrémère et à l’aiguille du Pourtalet pour cause de nidification de gypaètes barbus ».


Ce somptueux et étonnant rapace, le plus grand d’Europe (son envergure peut atteindre les 3 m) est certainement l’un des plus rares. Il fait partie des espèces protégées parce que menacées.

Notifié vulnérable sur la liste rouge IUCN européenne, il est en danger d’extinction en France. En 2022, dans notre pays, on ne dénombrait plus que 78 couples.

Les responsables ? Comme bien souvent, le braconnage 😡, mais aussi les rencontres inopinées avec les réseaux électriques… et l’intoxication alimentaire qui, depuis quelques années, touche tous les rapaces nécrophages.


Et oui, notre gypaète barbu est ce que l’on appelle communément un casseur d’os, bien qu’il ne crache pas sur les tendons et ligaments d’isards, de brebis et autres animaux qu’il ingère grâce à un gosier élastique.

Son surnom lui vient du fait qu’il vient à bout des plus gros os en les lâchant en plein vol afin qu’ils se fracassent sur les zones rocheuses.

Dans le ciel ou, pour les plus chanceux, perché sur une roche abrupte, vous le reconnaitrez à la couleur rouille orangé de son plumage ventral et de ses plumes noires qui encadrent son bec puissant et recourbé. Ses pattes sont munies de griffes aiguisées pour mieux saisir ses proies.

Quant à son nom de barbu, il le tient de la touffe de plumes sous son bec qui donne l’impression qu’il porte une barbe.



IUCN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature.



Le gypaète barbu de Jean-François Terrasse

Guide Delachaux

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page